Le copywriting, ou en français conception-rédaction, est : l’utilisation des mots, à l’écrit ou à l’oral, qui vous permettront de convertir vos prospects en clients. 

Est-ce un art

Bien-sur car vous aurez besoin de créativité pour arriver à persuader vos prospects de passer à l’action.

Et la plupart des grands copywriters n’ont pas réussi dès leur premier contenu. Ils ont essayé et réessayé jusqu’à trouver la combinaison de mot qui leur a permis de devenir riche et célèbre. 

Le copywriting est aussi une science.

Il faut comprendre le fonctionnement des biais cognitifs, comprendre le comportement de vos prospects pour réussir à les convaincre seulement avec la force des mots.

Cette technique n’est pas nouvelle et à déjà fait ses preuves. Le célèbre copywriter Gary Halbert est devenu multimillionnaire grâce à cette méthode, de nombreuses personnes depuis le début des année 1900 ont bâti leur richesse la-dessus.

Leur force ? Les lettres de vente.

Ils envoyaient une simple lettre par la poste et parvenaient à convaincre les gens de leur envoyer leur argent.

Aujourd’hui ce secteur est utilisé dans d’autres domaines. Stratégie de communication, stratégie digitale… 

Principalement sur internet, on retrouve le copywriting dans les newsletters, les publicités, les campagnes sur les réseaux sociaux, les vidéos, les podcast, les webinars… 

 

99% de la publicité ne vend pas grand chose.
David Ogilvy

L’art du copywriting : 7 conseils 

 

Aucune technique n’est parfaite, mais certaines sont simples d’utilisation et on déjà fait leur preuve. 

Dans ce qui est de plus récurent nous pouvons citer l’utilisation de témoignage client, d’écrire simplement et clairement, d’utiliser des chiffres…

Mais aussi des méthodes comme la méthode PAS, la règle des 4 U’s, la méthode AIDA…

(Nous allons revenir plus tard la dessus.)

 

Le principe est de savoir comment pousser vos prospects de passer à l’action. 

Le copywriting vise à déclencher une réaction chez les gens qui lisent vos contenus. 

Comme par exemple acheter votre produit ou votre service, poster un commentaire, s’adonner à votre newsletter…

Grâce à cela vous allez gagner de l’argent avec la réalisation de textes persuasifs, puissants, qui transmettent une émotion.

Vous devez donc créer du contenu qui plait, qui intéresse les gens.

 

1# Choisir son persona

Tout d’abord renseignez vous sur votre cible. Un persona est un terme marketing qui signifie simplement le client type avec lequel vous aimez travailler.

Le fait de connaître votre persona d’acheteur vous permettra d’orienter bien plus efficacement vos messages. Vous saurez répondre à leurs attentes respectives et comprendrez mieux leur comportements. 

Et ainsi d’adapter votre texte persuasif en fonction de cette cible.

2# La simplicité 

Un des points les plus importants lorsque vous vous lancer en copywriting est d’utiliser des mots et des tournures de phrases courtes, simples.

Ecrivez comme vous parlez à l’oral. Rien ne sert d’utiliser des mots scientifiques. Cela aura juste pour effet de mettre une distance entre vous et votre prospect. Bien au contraire, vous devez ici gagner sa confiance et être proche de lui.

Il faut donc être clair dans vos propos.

Voici une formule qui calcule votre niveau de communication écrite. Le but est d’avoir un score qui se rapproche le plus de 100 pour avoir un contenu clair et le plus compréhensible possible. 

Pour augmenter votre score vous devez utiliser des phrases et des mots courts.

3# Les chiffres

Utilisez des chiffres !  C’est bien plus précis et parlant dans l’esprit des gens. Par exemple “je vais vous apprendre à générer un revenu passif de 6000€ en 2 ans.” parait quand même plus parlant “je vais vous apprendre à gagner plein d’argent en peu de temps”.

La promesse du premier message tient quand même bien plus la route.

4# Les Preuves

Montrez des preuves pour que les gens croient en vous !

Les gens sont sceptiques aux arnaques alors il est dans votre intérêt de leur prouver que votre produit ou votre service correspond bien à ce qu’ils attendent.

Les preuves peuvent être donnée à travers des témoignages (preuves sociales), mais encore par des images, des statistiques… Montrez que votre client peut avoir confiance en vous ! 

5# Le Titre 

Ensuite, le titre ! Ce que presque tout le monde lira, et donc, ce qui poussera à lire le reste.

Vous devez le travailler et le retravailler afin d’avoir quelque chose d’attirant, d’émotif et surtout vendeur !

Combien de personne lisent le titre ?

Une étude a démontré que 87,3% des personnes lisent un titre contenant 3 mots ; 86% entre 4 et 6 mots ; 84% entre 7 et 9 mots ; 82,5% entre 10 et 12 mots et enfin 77,9% plus de 13 mots. Votre titre doit donc être court et accrocheur pour que vos lecteurs poursuivent le contenu. 

6# Les Bénéfices

Pour susciter le désir et pousser votre client à l’action, il ne sert à rien d’énumérer chaque caractéristique de votre produit.

Vous devez idéaliser le résultat, le besoin auquel votre produit répondra.

Par exemple vous faites une promotion pour une formation en ligne. Ne commencez pas par : “10 cours de 1h…” ou encore  “nous aborderons telle ou telle thématique”…

Visez la solution, les bénéfices que vous apportez. Comme un gain de temps, un gain d’argent…

Sublimez les résultats pour que des émotions en ressortent. Votre lecteur doit comprendre que vous êtes LA solution à son problème. 

7# Osez ! 

Enfin n’ayez pas peur de vendre ! Soyez persuasif.

Par exemple Gary Halbert consacrait ⅔ de ses lettres à l’appel à l’action. Il expliquait clairement et simplement comment répondre, comment lui envoyer l’argent, bref, comment le processus d’achat fonctionnait.

Et ça a marché !

Donc n’ayez pas peur d’être trop “forceur” ou votre appel à action passera à côté du lecteur.

Ça ne sert a rien que les gens disent simplement, “woh cette pub est belle”. Il faut que les gens achètent. Elle doit donc appeler à l’action.

 

Les méthodes de persuasion

Enfin passons à la structure de vos contenus :

AIDA

Cette méthode est l’une des plus utilisées en communication, et ce n’est pas par hasard. Comme vous le savez certainement cet acronyme signifi Attention, intérêt, désir, achat.

En plus concret : Arriver à capter l’attention des lecteurs -> Susciter votre intérêt dans leur esprit -> déclencher le désir en faisant ressortir des émotions ->pousser le lecteur à passer à l’action. 

 

Cette méthode vous aidera à produire un contenu de qualité. 

D’autant plus aujourd’hui, où nous vivons dans un monde rempli de message, vous devez générer de l’attention auprès de votre auditoire. Regardez ce que font vos concurrents pour réussir à vous démarquer et capter l’attention de vos prospects.

Quelque chose d’un peu osé, mais il arrivait à Gary Halbert de placer un billet de 1 dollar dans ses lettres pour capter l’attention du lecteur : 

 

Lettre de Gary Halbert

Bien sûr vous n’avez pas forcément besoin de faire cela. Vous pouvez jouer sur un visuel très voyant. Ou encore écrire en gros votre promesse. Peu importe. Mais il faut que les lecteurs vous remarque. 

Ensuite l’intérêt. Ici vous pouvez montrer des faits, susciter un problème. Tournez vous vers le consommateurs, quelles sont leur problématiques ?

C’est en parlant d’eux que vous arriverez à garder leur intérêt.

Puis, la phase du désir.

Vos lecteurs doivent vous faire confiance, créer de l’émotion, un lien entre lui et vous. Racontez des histoires (par exemple avec du storytelling).

Montrez des témoignages de vos clients actuels. Ou encore anticipez la réponse aux objections (livraison gratuites, satisfait ou remboursé) etc…

Votre prospect doit comprendre qu’il n’a rien à perdre en venant vers vous, mais au contraire tout à gagner ! 

Et enfin l’Action ! Si toutes les étapes précédentes ont bien été respectées, le A de AIDA devrait juste être une formalité.

Annoncez clairement votre appel à l’action, ce que vous attendez de votre lecteur.

Si vous voulez que les gens répondent à votre offre, vous devez la rendre la plus simple pour eux ! Ne soyez pas ennuyeux. 

 

PAS

 Problème – Agitation – Solution 

Cette méthode est différente mais fonctionne aussi très bien. 

La première phase est de mettre le lecteur face à un problème. Il y sera réceptif si ce problème en question le concerne. Ici rien de très compliqué, citez une douleur, un manque, quelque chose qui dérange…

Ce problème va tout de suite les alerter et attirer leur attention. 

 Agitation :  Remuez le couteau dans la plaie, rappeler à quel point ce problème est compliqué à gérer.

Les peurs sont vendeuses. Elles inspirent la tension, ce qui pousse à l’achat (dans le but de trouver une solution).

L’agitation d’un problème procure aussi du stress, et ce stress pousse le désir de trouver une solution au problème. 

Et bim ! Proposez votre solution ! On se dirige enfin dans quelque chose de positif.

Proposez votre produit, les bénéfices qui en ressortent, les caractéristiques.

Enfin expliquez simplement comment votre produit ou service est la solution au problème. 

 

Conclusion

Le copywriting reste comme nous l’avons dit avant “un art”. Vous avez eu ici de nombreux conseils pour écrire comme :

  • connaître votre persona 
  • utiliser la simplicité et la clarté dans vos textes  
  • insérer des chiffres, des preuves sociales,…
  • chouchouter le titre 
  • Utiliser la méthode AIDA ou encore la méthode PAS
  • Etc…

Tous ces conseils seront utilisables en marketing digital, rédactions publicitaires, landing pages, contenus de réseaux sociaux, e-mails…  

Néanmoins votre meilleure arme reste l’apprentissage, alors essayer encore et encore et vous y parviendrez ;).

 

Pin It on Pinterest

Share This